A l’école du journal


Dans le cadre de leur préparation de projet sur les médias, les élèves de 4ème C ont visité le 12 janvier à Bordeaux l’IJBA (Institut de journalisme de Bordeaux-Aquitaine) sous la conduite de Jean-François Brieu et Brigitte Besse, maîtres de conférence et les locaux du journal Sud-Ouest avec Henri Pons, médiateur presse écrite, média web et communication : ils ont rencontré des spécialistes de l’information, des enseignants et des étudiants-journalistes en master professionnel et visité l’ensemble des services de la rédaction du quotidien régional.
Brigitte Besse est Docteur en linguistique et sémiologue, spécialiste de l’argumentation et du rapport texte/image. Elle réalise des études socio-sémiologiques, notamment pour le CSA, et anime des séances de visionnage critique et des ateliers d’écriture pour France télévisions, Radio-France, la RTBF, la TSR et l’INA. Pour l’IJBA, elle est responsable du Département Télévision et de la formation continue.
Jean-François Brieu a suivi des études de journalisme à l’IUT de Bordeaux et à l’UPTEC. Docteur en Sciences de l’Information il a soutenu une thèse sur les médias vus par le journal Sud-Ouest. Il a été Pigiste à Radio-France, Les Nouvelles Littéraires, Géo… Il a écrit de nombreux articles et des livres consacrés à la chanson française et à la télévision. Il enseigne la presse écrite et la radio à l’IJBA. C’est le responsable de la radio.

Les rencontres avec les professionnels des médias et de l’information

Les deux temps de dialogue organisés à l’IJBA et au journal Sud-Ouest ont permis d’éclairer l’esprit des élèves sur les étapes de l’élaboration d’un quotidien de presse écrite et le rôle des médias.
Leurs trois professeurs avaient aussi planifié ces échanges et cette journée de visites au sein d’une progression autour des médias et des métiers du journalisme dans le cadre de leur projet autour de cet enseignement d’exploration (EPI-EMI-parcours citoyen et parcours avenir).
Jean-Français Brieu et Brigitte Besse ont donc inscrit leur présentation dans une approche réflexive par rapport à ses enjeux, aux ressources engagées et au montage de sa production, de la collecte des informations à l’écriture (conception et réalisation de Unes).
Brigitte Besse a présenté un schéma très explicite de la fabrique, de la lecture et de l’analyse de l’information aux élèves.
Les débats ont permis entre autre d’aborder de manière transversale les questions liées aux enjeux de la presse en France et à travers le monde ainsi que les caractéristiques mixtes dans la fabrication d’un journal, à savoir la création intellectuelle mais aussi la production industrielle (un journal est un modèle économique).
Les mutations de la presse écrite ont fait l’objet de nombreuses questions de la part des élèves et des professeurs, soucieux de savoir comment les acteurs de la presse papier s’y prennent pour faire face à la presse sur Internet et à l’afflux d’informations (ex : Mediapart, Wikileaks....).
Jean-François Brieu et Brigitte Besse ont développé longuement l’importance de l’évaluation des sources lorsque l’on est confronté à une information.
A plusieurs reprises, sous forme de leitmotiv, il nous ont rappelé qu’une information non vérifiée n’est pas une information.Ils ont pris de bons exemples pour illustrer leurs propos.
Un journaliste est un producteur d’informations.
Une information sert à montrer, sans chercher à choquer ou à provoquer, montrer sans voyeurisme, montrer en respectant les personnes et leur dignité, mais montrer. A montrer sans cacher.
Une photographie montre toujours une réalité.
C’est le commentaire qui permet de lui donner sens et donne l’information.
C’est l’information qui donne les clés de compréhension et la rend crédible.
Cela leur a paru important à réitérer car l’histoire de la presse indique combien les photos ont pu constituer dans le passé et représentent toujours des éléments forts d’information et de sensibilisation du public (attentats terroristes, migrants, catastrophes climatiques....).
Durant plus d’une heure le médiateur Sud-Ouest Henri Pons a également répondu à un flot ininterrompu de questions de la part des élèves et des professeurs sur les médias, les règles de l’information, la liberté de la presse et de le droit à l’information, les contraintes éditoriales, la déontologie et les métiers du journalisme, les affaires médiatiques, le référencement sur le web.....Il leur a appris à mieux se situer dans l’univers informationnel qui les entoure.Il est également revenu sur l’importance des images (émotives) dans l’information, sur ce qu’il est possible de montrer ou non dès lors que l’on touche à la mort ou à la violence (affaire Grégory, Aylan Kurdi).
Il faut aussi avoir une très bonne culture générale pour être journaliste et savoir travailler en mode collaboratif.
Les questions posées lors du débat montrent aussi qu’on peut aussi faire du journalisme sur le journalisme...!
Henri Pons est médiateur au journal Sud-Ouest.
Il est le lien entre la rédaction du journal et ses lecteurs. Sa mission est définie ainsi par la charte rédactionnelle :
«  Il est chargé d’entretenir et de favoriser la relation et les échanges entre les lecteurs et le journal. Il est responsable du courrier des lecteurs, traite les demandes d’exercice du droit de réponse en liaison avec les services juridiques, veille à l’application de la charte rédactionnelle. Mis à part des réponses personnalisées par mail ou courrier postal, il s’exprime publiquement et en toute indépendance, au fil d’une chronique régulière et d’un blog dans lesquels il fait écho aux réactions, commentaires et questions des lecteurs sur les choix et pratiques de la rédaction. »
Sur ce blog figurent les chroniques que le médiateur publie chaque samedi dans le quotidien. On y trouve également une sélection des réponses qu’il adresse aux lecteurs.

Les visites

L’Institut de journalisme de Bordeaux-Aquitaine (IUT Montaigne)

A l’IJBA, les élèves ont visité le plateau télé multi-caméras de 1100 m3 avec régie numérique ouvert au public avec Brigitte Besse et qui accueille le tournage d’émissions pour France Télévisions (débats politiques) et les événements organisés par l’IJBA, ainsi que les salles de montage et de mixage.
Ils ont pu apercevoir des journalistes de BFM TV en plein montage.
Ils ont ensuite rencontré deux étudiants qui ont choisi de se spécialiser en radio en fin de formation et suivent des sessions de formation au reportage, au magazine, à l’information en continu et à l’information internationale.
Les collégiens ont découvert les équipements techniques des deux studios radio dont un numérique, les deux régies son avec enregistreurs numériques et les stations de montage.
La visite de l’IJBA s’est achevée par la rencontre des étudiants de Master 1 qui achevaient la rédaction des articles et la mise en page de leur journal-école Imprimatur et un debriefing en salle avec les élèves.
A l’IJBA, les étudiants assurent eux-mêmes en trois jours toutes les tâches rédactionnelles : de la collecte des informations à l’écriture en passant par la photographie, le secrétariat et la rédaction, la mise en page, le titrage (sur écran) et l’édition.
Imprimatur est le journal école mis à la disposition des étudiants de première année pour publier leurs reportages. De format proche du tabloïd, la publication compte 4 pages (parfois 6) et couvre l’actualité de Bordeaux et de la communauté urbaine à l’aide d’une déclinaison traditionnelle des rubriques dans un support d’information  : fait du jour, politique, société, faits divers, culture, sports… Le journal est réalisé tout au long de la journée du lundi (reportages, écriture) et de la journée du mardi (rewriting, mise en page, secrétariat de rédaction). Il est publié de janvier à avril. Les étudiants sont responsables d’Imprimatur, de sa conception (conférence de rédaction) à sa distribution (alimentation de points de diffusion arrêtés à l’avance). Ce journal permet à ceux qui le prennent en charge de toucher à tous les postes opérationnels dans une rédaction : enquête, photo, écriture, titrage, édition, suivi d’impression.
Sa déclinaison en ligne, Imprimaturweb.fr, en est le complément multimédia.
Les élèves ont reçu de nombreux documents à l’issue de la visite (encart de présentation de l’IJBA, journal Imprimatur et Viso news magazine, décliné à l’international réalisé par les étudiants de la spécialité Presse écrite/web ).

L’IJBA se substitue à la filière journalisme de l’IUT de l’université Bordeaux 3 et délivre un master professionnel de journalisme, reconnu par la profession au même titre que l’ancien DUT de journalisme.

Les débuts de la formation au journalisme à Bordeaux ont été initiés par Robert Escarpit, écrivain, grand reporter au Monde qui créa en 1967 l’IUT de journalisme. Il fut ensuite dirigé par Pierre Christin, scénariste et écrivain. Dans le cadre de l’unification des diplômes européens, et sous la direction d’Edith Rémond, journaliste et universitaire, l’IUT se convertit en IJBA. Installé dans un nouveau bâtiment en centre-ville,l’IJBA accueille chaque année 36 étudiants en formation au master professionnel de journalisme et jusqu’à 8 étudiants pour le diplôme d’université de Journaliste reporter d’images (DU JRI). De 2006 à 2012 l’IJBA a été dirigé par la journaliste, universitaire et écrivain Maria Santos-Sainz. L’actuel directeur est François Simon.

La formation au journalisme de Bordeaux a été reconnue par la convention collective des journalistes en 1975. L’IJBA est membre du Conseil des écoles publiques de journalisme (CEPJ).C’est l’une des meilleures écoles françaises avec celles de Lille, Tours et Strasbourg.

Le journal Sud-Ouest

Au siège social du journal Sud-Ouest, les élèves ont assisté à une présentation historique des Unes du journal depuis le 29 août 1944 jusqu’à nos jours au passage à la couleur et à la modification profonde de la Une depuis une vingtaine d’années. Ils ont découvert à cette occasion la nouvelle Une du journal.
Ils ont ensuite parcouru les étages "open space" , les couloirs et les bureaux des différents services de la rédaction (2000 m2 par niveau !), qui compte actuellement 263 journalistes (archives-documentation, éditions Sud-Ouest, publicité, agence de développement, études et médias, rédaction et communication, ventes, pré-presse).
Ils ont beaucoup appris sur les nombreux métiers de l’entreprise (journalistes, photographes, publicitaires, commerciaux, financiers, techniciens), qui permettent, chacun à leur place, à des milliers de lecteurs d’être informés à toute heure de ce qui se passe tout près ou très loin de chez eux, sur leur écran de smartphone ou sur leur journal papier, au comptoir du café ou le soir en rentrant chez soi.
Ils ont pu observer les journalistes en plein travail au service de la rédaction au 2ème étage.
A travers le jeu des questions-réponses auquel s’est prêté Henri Pons, les élèves ont aussi abordé les problèmes très actuels de la presse papier à l’heure de l’internet et de l’immédiateté (le mot média est contenu dans le mot immédiateté)

Il semblait assez évident pour eux que le papier était le symbole de l’ancien temps, un « journal pour les vieux ». Aussi, ont-ils été très étonnés d’apprendre que Sud Ouest occupe la deuxième place de la Presse Quotidienne Régionale (PQR) avec 1,15 million de lecteurs, derrière l’indétrônable Ouest France.
Henri Pons a cependant confirmé que le lectorat du journal reste âgé (environ 60 ans). Avec le développement des applications internet et le développement des informations numériques, sur ordinateur comme sur les téléphones, il a précisé que c’est la modification des habitudes et des formats de lecture de la presse qui sont au coeur des évolutions actuelles.
Des temps forts et des moments riches de réflexion sur ce qu’est le rôle du journalisme d’investigation dans la fabrication et la hiérarchisation de l’information, l’utilisation des sources et l’éthique professionnelle.

Le projet sur les médias et l’information

Dans le cadre de l’EPI, les 23 élèves vont maintenant produire des sujets courts à partir du traitement de l’information et apprendre à rédiger des articles de presse sur des thèmes d’actualité (sur format papier et avec le logiciel TNI pour réaliser des Unes numérisées).
Des rencontres, des découvertes, des ateliers et des débats avec des professionnels des médias préparés avant et exploités après la visite qui ont permis de mieux connaître les méthodes et les outils de la presse et qui vont donner des pistes intéressantes pour réaliser et adapter le projet aux contenus des programmes de français et d’EMC.

L’EPI-EMI "les yeux du monde" participera aux concours du CLEMI 2017 et de l’ICT Discovery de Genève.
Professeurs : Karine Salamand, Caty Mouly et Bruno Philippe
Projet d’éducation aux médias et à l’information (EMI) mis en place avec la classe de 4C dans le cadre d’un EPI.
12 séquences de travail.

Rappel du programme de la journée du 12 janvier à Bordeaux et séquences 1 et 2 de l’EPI sur documents joints.
Le déroulé du projet sera consultable en ligne sur le site du collège.

Photos commentées des visites sur le dernier document joint (pdf) et articles des élèves sur les visites de l’IJBA et du journal Sud-Ouest à venir.


Documents joints

PDF - 2.8 Mo

Portfolio

Sur le plateau TV de l'IJBA !

Commentaires