Le projet des collégiens séduit l’ONU !

mercredi 20 février 2019
par  Classe d’Histoire Géographie Éducation civique 1

Genève pour les droits de l’homme : leur projet à l’ONU !

Les collégiens de 3ème seront officiellement reçus dans le Salon français après leur visite du palais des Nations Unies de Genève par la délégation de la mission française de l’ONU et SE l’ambassadeur de France François Rivasseau mardi 19 mars 2019 de 11h45 à 12h30. L’information vient d’être confirmée par la conseillère aux droits de l’homme de Genève.
Lors de cette réception, deux élèves liront deux textes écrits à partir des études réalisées sur la liberté d’expression comme forme d’engagement et remettront l’atlas pédagogique, le prix UNESCO ainsi que la clé de projet aux autorités (avec le kit-clip "Humanités-le monde en place(s)" présenté au concours 180 secondes pour les droits de l’homme du Mémorial de la paix de Caen 2019 et mis en musique par 5 élèves "Human dignity : towards each other").

Durée de la réception : 40 minutes
Durée de la présentation : 15-20 minutes
+intervention de l’ambassadeur de France et questions aux représentants de la mission française du Conseil des droits de l’homme.

2 séances de préparation auront lieu à la rentrée avec les deux groupes de projet (3B le lundi et 3A le mardi)-atlas, textes, clé de projet, questions à poser aux représentants de la mission française au Conseil des droits de l’homme.
Un flyer évènementiel sera également distribué à tous les participants du projet à Genève.

Le voyage à Genève coïncide avec les célébrations des 100 ans du multilatéralisme dans la Cité du bout du lac. En effet, c’est en 1919 que fut ratifié le traité de Versailles instaurant la Société des Nations et en 1920 que celle-ci s’installe à Genève. De nombreux autres organismes œuvrant pour un monde plus pacifique vinrent ensuite la rejoindre, contribuant ainsi au surnom de Genève : la Capitale de la Paix.

La notion de dignité humaine

La dernière partie de l’atlas est presque achevée : elle consiste à mettre en perspective l’étude des libertés et des droits avec la rédaction d’une allocution (chaque groupe d’élèves présentera en mai un exposé de 3 minutes sur la notion de dignité humaine à partir de l’étude d’un cas concret pour mettre en valeur un article de la DUDH).

Les élèves devront rédiger une allocution en suivant les consignes ci-dessous :
"Vous êtes représentants de la France à la commission sociale, humanitaire et culturelle de l’Assemblée des Nations Unies de Genève".
Dans le cadre de votre fonction, vous prononcerez une allocution de 3 minutes devant les membres de cette commission".

L’ allocution devra :
- informer et sensibiliser à partir de situations où les droits humains sont bafoués
- expliquer en quoi elle est inacceptable (les élèves devront s’appuyer sur un ou plusieurs articles de la Déclaration universelle des droits de l’homme judicieusement choisis).
- proposer des pistes d’actions concrètes afin que cette situation cesse ou ne se reproduise pas (=choix et mise en valeur des articles de la DUDH pour fonder l’argumentation sur des éléments solides + réalisation d’une fiche sur une personne ou une association qui se battent pour défendre ces droits dans leur pays-Amnesty International se mobilise pour les défenseurs et défenseures des droits humains dans le cadre de la campagne BRAVE 2019.

Un élève du groupe sera tiré au sort pour prononcer l’allocution.
Une reprise sur le fond et la forme sera effectuée avec les élèves.
Evaluation des allocutions sur les heures de projet à partir du mois de mai.

La liste des présentations et des sujets proposés sera affichée à la rentrée de mars en salle d’histoire.

Objectif  : appréhender la notion de dignité humaine à partir de l’étude de cas concrets et d’actualité

La sensibilité (soi et les autres)
*Exprimer des sentiments moraux
*S’estimer et être capable d’écoute et d’empathie

Le jugement (penser par soi-même et avec les autres)
*Développer des aptitudes à la réflexion critique
*Confronter ses jugements à ceux d’autrui dans une discussion ou un débat argumenté

L’engagement (agir individuellement et collectivement)
*Savoir participer et prendre sa place dans un groupe

L’atlas de projet comportera 240 pages. Il sera imprimé la semaine prochaine.

La liberté d’expression comme forme d’engagement et moteur de la démocratie

La liberté d’expression est l’un des droits fondamentaux les plus protégés par les normes françaises et plus encore internationales.
Le moteur de la démocratie est dans la possibilité offerte à chaque citoyen d’exprimer son point de vue personnel sur tout sujet de son choix. Au demeurant, dans les pays où arrivent au pouvoir des personnes qui ne supportent pas le débat public, c’est souvent à tous ceux qui ont une particulière capacité d’expression (partis politiques, journalistes, syndicats, associations..) que ces pouvoirs s’en prennent, par l’intimidation et la répression. Les idées des autres font peur car elles peuvent contredire le discours du pouvoir.
En Europe, la CEDH est la gardienne vigilante de la liberté d’expression. Dans sa jurisprudence, elle cherche constamment à préserver le plus vaste espace de liberté de parole, ne fixant de limite que lorsque cela est indispensable à la préservation d’autres valeurs.
C’est l’article 10 de la convention qui pose le principe fondamental :
"Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontière. (..) L’exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l’intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l’ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d’autrui, pour empêcher la divulgation d’informations confidentielles ou pour garantir l’autorité et l’impartialité du pouvoir judiciaire."

Par ailleurs l’article 17 fixe les limites de ces droits et mentionne que :
"Aucune des dispositions de la présente Convention ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu, un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits ou libertés reconnus dans la présente Convention ou à des limitations plus amples de ces droits et libertés que celles prévues à ladite Convention."

Le projet des collégiens séduit l’ONU

Le point d’orgue d’un parcours marathon

«  C’est l’aboutissement d’une formidable expérience inspirée des objectifs mondiaux de l’ONU , d’un projet ambitieux et reconnu pour sa qualité par l’UNESCO qui a véritablement commencé en 2008 avec la rédaction d’une charte pour défendre les droits humains lors des J-O de Pékin ! Etre reçus au Palais des Nations Unies de Genève par SE l’ambassadeur de France n’était pas prévu au départ mais il semble que le projet ait vraiment séduit les membres de la Mission française de l’organisation internationale qui recevront officiellement les collégiens au siège européen le 19 mars prochain. Le Consul général de France et l’Agence française des Nations Unies viennent aussi de le transmettre au Conseil de l’Europe de Strasbourg ! C’est aussi une chance unique de découvrir les institutions internationales … le jour même où se tiendra le sommet mondial de la démocratie à Genève ! Après Strasbourg et Verdun en 2016, Vilnius en 2017 et Omaha en 2018 ce sera une expérience supplémentaire dans le parcours citoyen des collégiens » BP

* Un projet commencé en 2013

https://www.sudouest.fr/2013/02/04/un-plaidoyer-pour-un-monde-plus-humain-955326-3656.php

Un atlas sur le monde démocratique

Ce projet a été l’occasion de développer la connaissance du monde contemporain et des institutions de l’ONU par la découverte de différents pays, et des problèmes auxquels ils sont confrontés, de mieux comprendre la mémoire des évènements du XXème siècle , les conflits et l’évolution des démocraties et des régimes politiques dans le temps et l’histoire.
Le programme d’activités qui a guidé le projet a engagé à travers l’important travail d’écriture et d’étude musicale une réflexion, un engagement et la responsabilité de chacun. Il a abouti à la conception et à la réalisation d’un atlas civique de 240 pages « le monde en places  » ,une sorte d’enquête internationale sur le monde démocratique à l’épreuve de la mondialisation et d’un recueil de 19 textes sur la liberté d’expression comme forme d’engagement dans l’espace public dont certains mis en musique et en voix avec le soutien de quelques artistes, dont Romain Humeau.
Le projet « Places libres » sera prochainement mis en ligne sur le site de l’ONU. Il devrait aussi trouver toute sa place dans les trois concours nationaux auxquels il participe cette année.
46 élèves des classes de 3ème effectueront le déplacement à Genève du 18 au 22 mars. Ils seront logés au centre international d’Evian-les-Bains.


Commentaires