La musique comme manière de vivre la ville


58 photos légendées et un compte-rendu de la sortie pédagogique à Bordeaux ! Quand la musique raconte la ville...
Les élèves du projet européen ont finalisé leur étude sur la ville et la musique à la Rock School Barbey et à Total Heaven.
Un temps de découverte et d’écoute des musiques actuelles autour de l’univers de la Rock School Barbey (salle de concert, studio d’enregistrement, école de musique, salles de répétition et ateliers de création, programmation des concerts, bus de la Rock School, actualités et projets musicaux, musiques et quartiers à Bordeaux, service civique, actions éducatives.....) pour développer et accompagner le projet Moov’Europe.Rencontre avec le groupe Thomas Skrobek en répétition avant son concert au Krakatoa.
Thomas Skrobek est un chanteur vagabond qui aime à mêler les langues et les sens. Singer/songwriter et vidéaste autodidacte, il produit un contenu riche et indépendant. Tantôt anglophones et nostalgiques, tantôt teintés d’humour et de rêveries, ses textes dictent les chansons d’une pop-folk montagneuse.
C’est à Berlin, en 2013, que Thomas commence à jouer en solo et à écrire en Français. En rentrant au Havre, il sort « A cloche-pied », un premier EP remarquablement produit pour un 1er essai. Désormais basé à Bordeaux, il continu en trio ou accompagné d’une chorale…
tomskrobek.tumblr.com
Les élèves ont été sensibilisé à la culture pop-rock, rap, electro, dub, funk, punk et métal bordelaise à Total Heaven et ont réalisé l’après-midi un parcours musical dans le centre-ville (The Void, Apollo bar, Cactus, Bootleg, Café Brun, Grand Théâtre....).
Une réflexion et de bonnes variables d’ajustement autour des identités multiples de la musique dans la ville dont le rayon d’action s’étend sur plusieurs quartiers du coeur historique et l’influence du rock à Bordeaux . Des idées communicatives et composites pour agrémenter et faire vivre le projet européen ! Celui-ci, mené en partenariat avec le lycée Zirminau de Vilnius (Lituanie), met en valeur le rôle de la musique dans le patrimoine culturel et européen. Il a permis à nos élèves d’aller à la découverte de diverses formes d’expressions et d’expérimentations musicales.

Un projet expliqué

De la musique à l’étude urbaine

"Si la géographie s’intéresse à l’espace urbain et aux liens entre identités, territoires et musiques, il nous a semblé légitime de s’interroger sur les perspectives d’approche de la ville par l’étude de la musique. Quel est le rôle de la musique dans la création, la singularisation, le développement et l’image des territoires urbains ? Les élèves ont construit leur étude sur les pratiques de musiques amplifiées dans la ville de Bordeaux. La production des scènes locales, structurées par un réseau d’acteurs et de sociabilité, dessine en effet des territoires musicaux avec des représentations identitaires à forte visibilité (Rock School, Krakatoa, Rocher de Palmer, bars-concerts dans le centre historique...).Les pratiques actuelles s’inscrivent à la fois dans les lieux de la performance musicale et dans les réseaux de diffusion.Le travail réalisé avec le disquaire Total Heaven a également montré le fort ancrage de la culture alternative pop-rock à Bordeaux. La visite de la Rock School Barbey, animée par Daniel Marrouat et Alice Drouet, a porté sur les aspects performatifs du fait musical à plusieurs échelles.Comment l’ancrage et l’identité musicaux ont-ils transformé la ville et les lieux depuis les années 80 ? Les collégiens de Castillonnès se sont intéressés à la musique rock, pop, rap et dub comme expérience de la ville. Par une analyse comparative et évolutive de ces musiques, ils ont recherché les variations des liens qui unissent la ville, le public et la musique dans l’appropriation du patrimoine,des territoires et de l’identité bordelaise.La musique peut donner du sens à la ville.L’histoire a déja montré la capacité de Bordeaux à amortir les changements d’époque, à adapter son patrimoine et sa musique à de nouveaux usages.Au plan urbain et culturel, l’évolution et le développement sont nettement observables !
La visite de la Rock School Barbey leur a permis de découvrir un lieu culturel emblématique et de rencontrer des artistes et des professionnels du spectacle dans un temps fort du projet."

Bruno PHILIPPE, professeur de géographie et coordonnateur du projet Moov’Europe.

La musique fait partie de l’environnement urbain des villes européennes.
Vivre Bordeaux autrement

"La manière de faire de la musique traduit en quelque sorte la manière de vivre quotidiennement la ville.Il faut envisager la musique sous l’angle des différents mouvements, des influences et du système musical proprement dit, mais aussi de la performance et des significations qu’elle revêt en fonction des contextes : cela passe aussi par l’organisation de l’espace et la géographie de la ville selon les époques.La musique s’écoute dans les concerts, les bars et influence la manière de vivre, de sortir et de s’habiller., de fréquenter les lieux nocturnes....Bordeaux est maintenant une ville nuancée qui intègre tous les styles musicaux sans difficulté mais ceux-ci traduisent également les différentes tendances identitaires des quartiers.Dans ces conditions, il paraît évidemment difficile de parler de patrimoine musical propre à Bordeaux car la ville a fortement changé depuis 40 ans, même si l’influence du rock a été déterminante dans les années 80. Les passerelles sont naturelles et les séparations artificielles.Toutes les musiques sont soeurs.Aujourd’hui, on assiste à un mélange des genres, avec des Kanye West, Pharell, Kery James.....Chacun a aussi son propre style !
Le dub et le rap font partie de la famille rock.Ils en sont issus.On peut faire exploser les débats avec les musiques jouées à Bordeaux !
La diversification que l’on constate aujourd’hui rend aussi la culture de la ville beaucoup plus riche. Aujourd’hui, on est dans une phase haute, avec une plus grande diversité des esthétiques.Le style bordelais est "différent".
La musique qu’on peut entendre à Bordeaux est reconnue en France et partout comme particulière, et c’est sans doute parce qu’elle se définit en tant que combinaison originale de ses compositions, de ses nombreux groupes (près de 200 !) et de ses lieux alternatifs et de ses clubs nocturnes : le style musical bordelais est fortement influencé par sa nature urbaine, son dynamisme associatif, ses nombreux étudiants et son sens de la fête !
En ce sens, elle est un marqueur d’identité et peut proposer un autre découpage des espaces selon l’idée ou la représentation que l’on se fait de la ville.L’idée donne toujours une signification.
Avec des lieux tant symboliques que géographiques car principalement situés au coeur de la ville avec son particularisme historique (le rock s’est développé dans les nombreuses caves et hangars dont la ville dispose dans les quartiers proches du fleuve, notamment à St Michel) .Une ville qui se lit comme on écoute....et qui témoigne à travers son patrimoine et son style rock initial.
Il y a encore 5 cafés-concerts en ville et l’histoire de la Rock School continue de s’écrire.....
Pour former une approche plus originale....comme celle qui a été envisagée à travers ce projet pédagogique "

Daniel Marrouat, directeur pédagogique de la Rock School Barbey.

Les élèves de Castillonnès ont choisi la Rock School Barbey pour leur projet européen car c’est un lieu singulier, central et emblématique de l’espace musical et de la culture bordelais.

Un cadre de référence, un point de repère et un formidable lieu de partage, de mémoire et de connaissance !
L’histoire de la ville est marquée par le passage dans cette salle de groupes emblématiques bordelais comme Noir Désir, Gamine, Stilettos, Kid Pharaon, Villenuit, Eiffel, les Hurlements de Léo, Shaolin Temple Defenders, Pendentif, Calc,Be Quiet, Panda Dub, Kid Bombardos, Alba Lua....
Un vécu, des parcours, des identités, des musiques associées à l’ambiance de la ville à différentes périodes, de l’envie, du plaisir, de l’instinct..., de quoi bien alimenter notre projet !
Toutes les composantes d’une musique vivante et populaire !
Du rock qui se cachait dans les caves et les salles hermétiques à celui qui continue d’ exister avec un peu moins de rebellion dans le Bordeaux de 2016..., aux musiques actuelles et aux groupes du moment.
Daniel Marrouat et son équipe ont présenté un générique complet des artistes de la RSB aux élèves, de ces enfants du rock à guitares qui ont marqué la ville et ses lieux.
Il a rappelé les moments où il jouait lui-même dans le groupe Rotten Roll et les soirées animées de la Rock School !
Des expériences humaines et musicales !
Les disquaires de Total Heaven ont également fait partie de la scène bordelaise avec TV Killers et Dog Shop.
Eux disent que le rock à Bordeaux reste assez underground dans l’ensemble et que la particularité de la scène bordelaise est d’être indépendante,L’esprit est resté.
Il y a encore beaucoup de projets et de choses qui sortent de la ville !
Des professionnels passionnés et investis qui ont su sensibiliser les jeunes élèves aux activités du secteur des musiques actuelles à travers leurs différents parcours et leur expérience de la scène bordelaise !

Le sens et la lecture de la musique dans la ville

En tant que pratique culturelle, la musique constitue aussi une ressource de gestion culturelle et d’animation des territoires et des quartiers. La variété des approches et des objets considérés par les divers intervenants lors du débat mené avec les élèves a montré la richesse des approches spatiales et sociales du fait musical bordelais.
À une échelle plus large, Daniel Marrouat a proposé une approche communicationnelle des musiques diffusées à la RSB et a révélé les modes de production et le sens des tendances actuelles...... rap, electro, dub, indie pop, glam rock, hardcore et rock (car la dynamique bordelaise est encore bien présente).
Des musiques qui continuent de s’adapter aux transformations de la ville et qui composent avec les nouveaux environnements sociaux, culturels et festifs (quais, rive droite, festivals...).La RockSchool Barbey programme en moyenne 130 concerts par an. Tous les styles sont représentés et les choix artistiques se basent surtout sur la découverte d’artistes français et étrangers tout en donnant à la scène locale une dimension importante. La RockSchool Barbey participe à la diffusion de nouvelles révélations et têtes d’affiches de demain, et d’artistes reconnus au niveau national et international.
Cette soif de découverte a conduit la RockSchool Barbey à mettre en place les “Barbey Indie Club”. Ce sont des concerts en club permettant de faire découvrir des artistes alternatifs, issus de la scène indépendante de la pop et du rock bordelais, nationale et internationale.

La journée s’est terminée par un concert privé et un échange avec le groupe Thomas Skrobek dans le studio d’enregistrement avant son spectacle au Krakatoa et la réalisation de parcours musicaux en centre-ville (bars-concerts, clubs, salles de concert associatives et alternatives, lieux de spectacle spécifiques...) en lien avec l’étude du patrimoine ancien et actuel.

10 modules de travail figureront dans l’atlas de la musique et de la ville Bordeaux-Vilnius produit par les collégiens qui sera achevé en mai.

European geographic flow of music à Strasbourg !

La cérémonie de remise des prix du concours Hippocrène de l’éducation à L’Europe 2016 et la visite des institutions se dérouleront le 12 mai au Conseil de l’Europe et au Parlement de Strasbourg en présence de députés européens en partenariat avec la Maison de l’Europe de Paris et l’ENA dans le cadre du PEAP (Pôle européen d’administration publique).

Les 5 projets récompensés seront exposés par la fondation Hippocrène et l’agence de l’Europe pour l’éducation (AEDE).Un film sera réalisé à Strasbourg à partir de l’expérience des élèves par un réalisateur de l’agence Europa.

L’atlas de la musique dans la ville européenne, un clip musical, un flyer, une chanson et un montage du projet seront présentés à Strasbourg avec le soutien de nos partenaires lituaniens.

Castillonnès, le Lot-et-Garonne, la Rock School, Bordeaux, Total Heaven, la région aquitaine et Vilnius seront à l’honneur ce jour-là !
Un chèque de 5000 euros sera remis au collège à cette occasion pour le projet !
Les 18 élèves de 3ème devront aussi prochainement réaliser un reportage sur le festival Europavox de Clermont-Ferrand en juin 2016 à la demande du jury national.Une grande responsabilité dont l’ensemble des acteurs s’efforcera d’être dignes !

Une formidable récompense pour le collège Jean Boucheron (et le lycée partenaire de Vilnius !),seul représentant aquitain à ce niveau !

Sarah Lachaud et Nelle Vilette seront les ambassadrices du collège les 11 et 12 mai à Strasbourg : elles représenteront leurs 18 camarades partis en voyage linguistique à Barcelone.Elles participeront à la soirée en l’honneur des lauréats et à la cérémonie de remise des prix avec deux professeurs.Le gain du prix servira à l’organisation d’un voyage scolaire à Vilnius l’an prochain !
Les collégiens viennent aussi de recevoir les félicitations du Recteur et de la DAREIC pour leur projet !

Madame Paccalin, responsable académique et membre de la délégation aux relations européennes et internationales est venue féliciter les élèves pour le prix Hippocrène 2016 et la qualité de leurs travaux avant la visite de Total Heaven.
Une photo du groupe a été prise devant le lycée Montaigne.
Elle sera présente lors de la remise des prix à Strasbourg le 12 mai et accompagnera les élèves au Conseil de l’Europe le matin.

Le projet Moov’Europe est consultable sur le site académique de la DAREIC avec un lien pour suivre le projet sur le site du collège.Il sera présenté dans son intégralité lors de la cérémonie de remise des prix au Parlement de Strasbourg.


Commentaires